icarte-retour

ESQUISSES

L’Esquisse

Esquisses de lumière

Autour des Esquisses

Premier jet

Autour des Esquisses

 

Le petit livre « Personnages, terres, dessins », publié en 1991 aux éditions Tierces, s’ouvrait sur un texte  intitulé «Autour des esquisses ». C’était ma première tentative pour rendre compte de l’apparition d’un personnage comme surgissement d’un sens nouveau – à la fois aveuglant et insaisissable, et de l’impossibilité de traduire fidèlement, de partager cette épiphanie.

D’autres écrits, d’autres oeuvres  suivirent. La main rêveuse et la main laborieuse, puis Etrédir ont été quelques uns des noms successifs de cette relation entre une trace insaisissable, et les patientes tentatives pour la dire. Et Sombre Propos lui-même, ce centre invisible cerné par les regards, n’est autre que la mise en scène du « foyer insaisissable et flou » évoqué ici…

C’était aussi une certaine conception de l’histoire et du temps qui s’esquissait déjà: non pas succession ou progression, mais errance autour d’une origine insaisissable qui constitua le surgissement d’un sens, et continue de résonner sourdement.

Ch. L. 2016

Extraits:

Les sculptures et les dessins reproduits ici ont été réalisés en partant d’esquisses en terre très vagues, presque informes.

crayon sur papier, 20x30cm ,1990
Série Autour des esquisses

Avec elles, portés par elles, étaient apparus des personnages. Bien qu’à l’état de projet, de promesses, ils paraissaient avoir existé depuis toujours.

 

 

crayon sur papier, 20x30cm ,2004
Série Autour des esquisses

Les sculptures successives semblaient ainsi devoir tendre vers un aboutissement futur – « le personnage » ou  « la présence » – suggéré par l’esquisse.

Il s’est avéré cependant, et ce à chaque fois, que choisir un sens, sortir du champ de l’incohérence, c’était aussi, paradoxalement, perdre du sens : du sens possible. Ce qui l’esquisse portait à l’état latent, chacune de ces sculptures à sa façon le formulait mieux, mais de ce fait même, s’éloignait de ce qu’elle cherchait précisément à retenir, quelque chose d’important concernant le personnage, et dont l’esquisse avait été, si l’on veut, la révélation…

PERSONNAGE EN HABIT DE MOINE (BLAIREAU)
plâtre, H=32cm; 1990
Série Autour des esquisses

…On aurait dit qu’au lieu de se trouver au delà de celle-ci, cet aboutissement s’en trouvait en deçà, qu’il avait déjà eu lieu et qu’elle – l’esquisse, en était l’affleurement dans le visible.

Au lieu de s’aligner les unes à la suite des autres vers un point de fuite futur, chacune étant la continuité de la précédente, les sculptures se sont ainsi réorganisées autour d’un point central, un foyer, mais un foyer insaisissable et flou dont elle ont constitué les commentaires, les exégèses.

(…)

blaireau

PERSONNAGE EN HABIT DE MOINE (BLAIREAU)
Travertin, h=55cm; 1995
Série Autour des Esquisses

 

Retour en haut de la page

icarte-retour