icarte-retour

COLLABORATIONS

Avec le musicien Nicolas Losson

Avec le chorégraphe Marc Vincent

Avec le compositeur Michel Sendrez

Avec la metteur en scène Joey Köhnke

Avec la photographe Jacqueline Salmon

Avec la réalisatrice Hélène Châtelain

Avec le chorégraphe Marc Vincent

Chant des regards par quatorze points de vue (1997)   /   Solipsisme (2002)    /   Chiasmes (2012)

Chant des regards par quatorze points de vue

Commande de Marc Vincent pour son solo Résistance, la scénographie CHANT DES REGARDS PAR QUATORZE POINTS DE VUE est issue d’une variation de Sombre Propos, dispositif de regards circonscrivant une colonne invisible. Ici, au lieu d’être concentrée au centre du dispositif,  la partie invisible déterminée par les regards forme une forêt de colonnes sur le modèle de l’hypostyle  égyptien, symbole de l’originelle et marécageuse forêt de papyrus. .

196 zones invisibles déterminées par 26 points de vue
Encre sur papier; 30x30cm; 1995

Dans le dispositif scénographique CHANT DES REGARDS POUR QUATORZE POINTS DE VUE, conçu pour le triptyque DÉVIANCE de Marc Vincent,  ces fines colonnes invisibles étaient au nombre de 64. Chacun des quatorze spectateurs des quatorze failles de cette architecture de carton y était dépositaire d’un fragment de danse qu’il était seul à voir, la réunion  impossible de ces quatorze fragments formant ce qu’il est convenu d’appeler « le Visible ».

Quatorze aussi ont été, dans la mythologie égyptienne, les fragments du corps d’Osiris, ultérieurement recousus par sa femme Isis.

Le dispositif  initial prévoyait que quatorze spectateurs occuperait les quatorze chaises autour de l’installation, le reste du public étant  maintenu à distance par des garde-corps.  Ce public distant était ainsi convié au spectacle de ces 14 regards partiels, et à suivre de loin les variations de lumière provoqués sur ces 14 visages par une chorégraphie dont ils ne pouvaient qu’entendre le son, semblable à celui d’une lutte solitaire et invisible.  Ce dispositif  n’a pas été maintenu dans toute sa radicalité, les spectateurs allant et venant devant les failles et autour du dispositif. Il a cependant servi de point de départ à la proposition théâtrale Un son et lumières sur l’invisible et l’inouï. 

Résistance de Marc Vincent, à l’intérieur du Chant des regards par quatorze points de vue de Christophe Loyer
carton, néons, tapis de danse; 350x350x280cm; La nuit des Solis, Montpellier, 1997

Un instantané de l’un des 14 points de vue sur RÉSISTANCE de Marc Vincent, à l’intérieur du CHANT DE REGARDS POUR QUATORZE POINTS DE VUE de Christophe Loyer.

CHANT DES REGARDS PAR 14 POINTS DE VUE
skoténographie sur papier baryté, pièce unique
50x50cm; 2005

icarte-retour