icarte-retour

 

 

 

L’INVISIBLE

Principe 

Architectures du regard

Chiasmes: vidéo et danse

Harmonie des cubes: une correspondance pythagoricienne

Un son et lumières sur l’invisible et l’inouï

Principe 

De même que l’inconnu, parce qu’encore à connaître, est l’aliment de la pensée, l’invisible est ce dont se nourrit le regard. L’exploration de l’invisible passe donc ici aussi par la matérialisation des regards, et cette façon qu’ils ont de se frotter à ce qui leur échappe. Cette matérialisation s’est faite par la lumière sans doute parce que celle-ci se propage comme les regards, mais aussi parce que, de tout temps, elle a symbolisé la pensée.

Une boîte cubique est percée de huit meurtrières, fenêtres étroites et verticales à travers chacune desquelles est observable une partie de son intérieur. Pourtant une colonne, au centre, échappe à tous les regards. Cet invisible qui, restant dans l’ombre,  attire la lumière des regards je l’ai nommé Sombre Propos, traduction alternative de « dark matter », la matière noire.

 

 

Représentation

Diverses stratégies se sont succédées  pour visualiser cet invisible.

Représentation graphique

 

Représentation plane du champ des regards autour et à l’intérieur du cube Sombre Propos
Gouache sur papier, 20x30cm; 1998

 

Représentation photographique

Dans la SKOTÉNOGRAPHIE,  ces regards autour de l’invisible sont matérialisés par de la lumière.

 

Création d’une skoténographie en chambre noire

 

 

DARK MATTER
skoténographie, tirage sans négatif sur papier baryté 50x50cm; 2001

Représentation vidéo

Le SKOTÉNOGRAPHE (dispositif munit d’une chambre noire, d’un clavier et d’une caméra pivotant sur son axe)
plastique, bois, métal, caméra vidéo; h.= 110cm; 2004

 

DARK MATTER
(Captation à l’intérieur du skoténographe)
Impression numérique sur papier Canson 300g, 90x90cm, 2014

Sombre Propos, sept variations sur un thème invisible

L’exposition au CREDAC d’Ivry sur Seine en 2000 articulait, à travers une succession de propositions, le passage d’une invisible « réel » – un objet présent réellement invisible – , à un invisible figuré: le motif de l’invisible comme signe ou symbole.
 
Sept variations sur un thème invisible
carton, papier, fil, miroirs, feuilles d’or, fibres optiques…
chaque variation: h=180cm
Le CREDAC, Ivry sur Seine, 2000

 

ETALON MASSE INVISIBLE
42x23x23cm; argile, bois, verre et cuivre, 2018

Le dispositif du double globe est inspiré du «grand K», le prototype international du kilogramme conservé dans un coffre fort, sous trois cloches, dans un caveau du pavillon de Breteuil à Paris. Il évoque aussi le Saint des saints c’est à dire le lieu le plus sacré au coeur du temple.

Le Château intérieur

«J’ai considéré notre âme comme un Château (…). Au centre, au milieu de tous se trouve le principal, où se passent les choses les plus secrètes…»

Thérèse d’Avila, Le Château intérieur

LE CHÂTEAU INTÉRIEUR (balise cryptométéorologique)
Bois, marbre, métal; 260x110x75cm; 2018

LE CHÂTEAU INTÉRIEUR (balise cryptométéorologique), détail

Le Château intérieur mesure la vulnérabilité  de  l’invisible. Sa girouette l’oriente  de telle sorte que non seulement les regards, mais aussi pluie, vent et grêle ne puissent y pénétrer. Mais ces mesures de protection sont illusoires contre la neige légère et impalpable, contre les oiseaux qui viendront y nicher… La météorologie est, étymologiquement, « discours sur les météores ». S’agissant de Sombre Propos, traduction littérale de « dark matter »,  c’est  aussi d’un fragment de ciel descendu sur terre dont il est question ici, et de cet intime inconnu, de ce  proche et précieux indicible dont parle Thérèse d’Avila, point de contact vertigineux entre sensation pure et pure pensée.

retour en haut de la page

icarte-retour