Collaborations

Avec Nicolas Losson, acousmaticien

Les collaborations avec Nicolas Losson se sont faites autour des relation entre image et son, entre langage et bruit.

La voix de l’eau

Une exploration de la proximité entre la voix humaine et le bruit de l’eau. Texte et voix Christophe Loyer, partition sonore Nicolas Losson, 2020, Festival La Turbine-Pertrin, 18260 Villegenon.

Lorsque certaines conditions sont réunies, dans le bruit de l’eau qui, depuis le bief du moulin de Pertrin, s’engouffre sous sa voûte, il nous semble entendre celui d’une conversation animée. La sortie de résidence au moulin de Pertrin a permis de présenter un premier état de cette recherche sur la voix et l’eau sous la forme d’une performance mêlant la voix acoustique à des enregistrements de l’eau.

“À l’improviste, et à mon insu, des présences. Venant de moi peut-être, de ma distraction auditive, et pourtant se détachant de moi pour se retourner vers moi et donner corps, à travers moi, à quelque chose à quoi je n’accède pas, un monde habité pressenti derrière ce rideau liquide et sonore. Il me semble que ce qu’elles décrivent, qui m’est insaisissable,  leur reste énigmatique à elles aussi. Car il leur faut toujours y revenir, redire encore et encore de mille façons ce qu’elles ont à dire…”

Sept variations skoténographiques

Création sonore de Nicolas Losson sur une proposition vidéo de Christophe Loyer; 2013, Espace Pierre Gilles de Gennes, Paris.

Huit faisceaux lumineux tournent autour d’un centre obscur qui les attire et leur échappe. L’un des enjeux de cette vidéo est le dialogue qui se tisse entre son et image. Le son ici n’est pas le « son de l’image», l’image n’est pas l’illustration ou l’explication du son. Son et image dansent autour de quelque chose qui ne se laisse pas saisir. Parfois proches, « au contact », parfois légèrement à distance ils se suivent et se poursuivent l’un l’autre, dans un jeu d’attraction et de désir. Le centre invisible autour duquel tournent ces faisceaux lumineux matérialise ce désir. À son contact la lumière se fait chair.

variations-skoténographiques

vidéogramme extrait de SEPT VARIATIONS SKOTÉNOGRAPHIQUES, vidéo, 14 mn; 2013; image Christophe Loyer, son Nicolas Losson

Nicolas Losson: “Ça a été, pourrait-on dire, un lent travail d’effacement. J’ai pensé à cette parole d’un critique de cinéma qui disait quelque chose comme “un film, c’est d’abord une aventure de la lumière”. Ici, il ne s’agit que d’une aventure lumineuse. On touche à une dimension ontologique du cinéma, une fiction pourtant, avec la part de croyance qu’elle implique. Une fiction, certes, mais une fiction sans histoire…”

Voir un extrait

Chiasmes

Installation numérique vidéo/danse, 2012; Conception Christophe Loyer; Coréalisation Christophe Loyer/artefactdanse ; musique Nicolas Losson ; danseuse Germana Sivera; coproduction DICREAM/DRAC Languedoc Roussillon/artefactdanse;

Chiasmes, installation numérique comprenant quatre projections synchronisées, se présente comme une chambre noire, c’est à dire à la fois une architecture et un dispositif optique. Cette tente en forme de temple est hantée par l’image d’une femme dansante. On l’entrevoit depuis l’extérieur à travers des fissures dans la tapisserie à motifs de galets, puis on la retrouve démultipliée sur le feutre noir des parois intérieures. Mais elle semble être alors à l’extérieur et venir nous épier à travers les fenêtres étroites et nombreuses qui nous entourent.

CHIASMES, 400x400x300cm; Tissu, bois, métal, 4 projecteurs vidéo, système son; théâtre de La parole errante; Montreuil, 2012

CHIASMES, vidéogramme extrait de la simulation  3 D.

voir un extrait