Video

2021 – LA CHUTE ET L’ENVOL

À l’occasion du festival « Les journées de la Turbine » les 30, 31 juillet et 1er août au Moulin de Pertrin, Villegenon 18260, la chute d’une pierre s’est transformée en rotation d’une toupie dont la pointe a tracé minutieusement la trajectoire incertaine sur la surface d’une plaque d’acier.

Voir une captation

2015 – SI DIRE…

Vidéogramme extrait de SI DIRE…, 14mn, 2015. Diffusion Festival Alain Astruc, Théâtre de la Guillotine, Montreuil 93100

La LITANIE DE L’ÊTRE ET DU DIRE: des mots défilant comme une eau calme, leur lecture, la pensée, le silence et le temps qui les accompagnent ou les emporte.

voir un extrait

2013 – VARIATIONS SKOTÉNOGRAPHIQUES

Vidéogramme extrait de VARIATIONS SKOTÉNOGRAPHIQUES, 13mn, 2013; première présentation: Espace Pierre Gilles de Gennes, Paris; sélection festival AVIFF 2014, Cannes, festival Art Shangaï 2014.

Ces sept variations sont le fruit d’une collaboration avec le musicien Nicolas Losson. Huit faisceaux lumineux tournent autour d’un centre obscur qui les attire. Dans cette relation d’attraction la lumière se fait chair. L’un des enjeux de ce travail est le dialogue qui se tisse entre son et image. Les images sont réalisées au skoténographe, « skoténographie » étant formé à partir des mots grecs skotéinos : ombre, et graphein : écrire.

voir un extrait

2011 – L’ACROBATE AVEUGLE ET SON DOUBLE

Vidéogramme extrait de L’ACROBATE AVEUGLE ET SON DOUBLE, 13mn, assistante de réalisation Fanny Pochon, Montage J. Tripier Mondancin. Première diffusion Espace Evasion, Montgermont (35760)

L’Acrobate Aveugle est l’un des funambules fondateurs du Cirque Philosophique. On le voit ici venir à la rencontre de son double dans leur île entre deux bras de rivière, jouer avec lui à quelque-uns de leurs jeux favoris, puis relier les deux bouts d’une corde pour en faire une boucle continue.

Voir un extrait

2011- CHIASMES

Fragment du tissu à motif de galets dont est recouvert CHIASMES, Installation numérique en collaboration avec la compagnie Artefactdanse. Son Nicolas Losson; production DICREAM/DRAC Languedoc Roussillon. Diffusion: 2011 – Théâtre de la Parole Errante, Montreuil 93100; puis Espace Culturel CHRU La Colombière, Montpellier 34000.

CHIASMES est l’aboutissement, en 2011, d’une collaboration avec le chorégraphe Marc Vincent initiée en 1997 avec la scénographie CHANT DES REGARDS POUR 14 POINTS DE VUE. Une danse écrite pour un unique danseur était alors partiellement visible et fragmentée à travers les 14 failles de la scénographie. Avec CHIASMES ce dispositif a été retourné comme un gant, et c’est maintenant le spectateur qui est entouré par une danse dispersée en 14 fragments. Qui regarde, qui est regardé? Qui enferme, qui est enfermé?

voir une présentation

2003- L’HARMONIE DES CUBES

Vidéogramme extrait de L’HARMONIE DES CUBES, 12 mn; sélection Européenne 2003 du Salon d’Art Contemporain de Montrouge (92120). Deux compositions lumineuses et sonores pour huit clarinettes et un skoténographe. Clarinettes: Bruno Courtin,

L’Harmonie des cubes est une correspondance entre une structure visuelle: huit faisceaux lumineux autour d’un centre obscur, et une structure sonore: le deuxième mode à transpositions limitées.

voir un extrait

2002 – SOLIPSISME III

Vue de la pièce vidéo/danse SOLIPSISME, Théâtre de la Parole Errante, Montreuil 2002, en collaboration avec Marc Vincent (compagnie Artefactdanse). Diffusion: Théâtre de la Parole Errante, Montreuil 93100; Théâtre de l’Athanor, Albi (2004); Festival Strasbourg Danse (2005). SOLIPSISME III est né comme approfondissement du geste de retournement de l’image exploré dans la série  Changements de points de vue, 2001/2012.

« Un gros cylindre de tissu rouge est suspendu au plafond, légèrement  flottant juste au dessus du sol. À  l’extérieur de ce cylindre est disposé un écran blanc. Le public va et vient autour de ce dispositif très simple. Le chorégraphe Marc Vincent et le Plasticien Christophe Loyer prennent place à l’intérieur du cylindre, devenu leur espace de performance. À travers le tissu, on ne les aperçoit qu’à l’état de silhouettes mouvantes. Rien n’est suffisamment clair pour qu’on distingue la manipulation d’une caméra, à laquelle ils se livrent. En revanche, les images en sont synchroniquement retransmises sur l’écran (…). »

Gérard Mayen, revue Mouvement, 23/10/2002

voir une captation

2001/2012 – série CHANGEMENTS DE POINTS DE VUE

– INTERSTICES, 5mn; SOLIPSISME, 5mn; LE POINT DE VUE DES PIERRES, 6mn; LE POINT DE VUE DE L’INVISIBLE, 2mn;

Vidéogramme extrait de INTERSTICES, 5mn, 2001/2012. Les rushes de la série CHANGEMENTS DE POINTS DE VUE ont été tournés et projetées au CREDAC, Centre d’Art Contemporain d’Ivry sur Seine, en 2001. La bande son a été composée en 2011 à partir des harmoniques du Carillon Messiaenique.

De même que Sombre Propos construit un centre inaccessible aux regards, CHANGEMENTS DE POINTS DE VUE tourne autour d’un objet invisible à l’image, la caméra elle-même, passant de main en main, tour à tour objet et sujet. C’est aussi la règle du fil continu du Cirque Philosophique qui est mise en œuvre ici: Un fil continu – l’image – relie les protagonistes, chacun d’eux modifiant à sa façon la forme de cette boucle.

Voir la vidéo INTERSTICES

1986 – LE DOUBLE VOYAGE

Vidéogramme extrait de LE DOUBLE VOYAGE; 26mn, Réalisation Hélène Châtelain et Christophe Loyer; coproduction Les voyelles/ministère de la Culture. Vidéo tournée en partie dans les carrières de marbre de Carrare en Italie, et en partie à l’occasion de l’exposition à la Salle Capitulaire des Cordeliers, Toulouse.

Une fois encore, je laisse mes tablettes et la routine de l’étude des signes…  Ainsi commence un périple qui durera sept journées, sur les traces d’un précédent voyage, peut-être rêvé, peut-être vécu dans une autre vie par le narrateur. Ces traces sont des nefs de pierre qui remontent le courant d’une rivière,  et ce voyage des pierres est, lui aussi, la quête d’une origine.

voir un extrait