Collaborations

Avec Michel Sendrez, compositeur

La collaboration avec le compositeur Michel Sendrez m’a conduit à concevoir et construire le skoténographe, un instrument optique pourvu d’une chambre noire à clapets, d’une caméra vidéo pouvant pivoter sur son axe et d’un clavier à huit touches accordé sur un mode particulier, conformément à l’Harmonie des cubes. Le skoténographe est donc un instrument limité, au même titre que le sont les instruments accordés pour des musiques modales. Par ailleurs son mode comporte une limitation supplémentaire puisqu’il s’agit d’un mode “à transpositions limitées”, le deuxième, selon la nomenclature établie par O. Messiaen qui disait y trouver “le charme des impossibilités”. Cette impossibilité évoquée par Messiaen semble faire écho à celle imposée aux regards par le cube Sombre Propos, et Michel me disait aussi que ce qui l’intéressait dans l’Harmonie des cube était l’idée que la musique soit comme hantée par un noyau de silence.

Autour de Sombre Propos, la seconde mineure

Composition de Michel Sendrez pour deux soprani, harpe et flûte. Création Auditorium de l’ADAC, Paris, 2003; Gladys Cohen et Sharon Cooper soprani; Stéphane-France Léger harpe; Pierrette de Fauconval flûte; Christophe Loyer skoténographe; Direction Michel Sendrez.

 Variation autour de l’intervalle de la seconde mineure, la composition de Michel Sendrez s’est inspiré de l’image associée à cet intervalle dans l’Harmonie des cubes. Cette proposition m’a conduit à concevoir le SKOTÉNOGRAPHE, un instrument permettant de traduire en séquences lumineuses la partition musicale.

1- SECONDE MINEURE, série skoténographies, tirage argentique sur papier baryté, 50x50cm, pièce unique, 2001; 2- LE SKOTÉNOGRAPHE Plastique, bois, métal, caméra vidéo; H=120cm; 2003; 3- Création de AUTOUR DE SOMBRE PROPOS, LA SECONDE MINEURE à l’Auditorium de l’ADAC, Paris, 2003.