Certains verbes parfois semblent avoir conservé l’écho de la puissance originelle du langage, lorsque la parole était action. Malédiction, bénédiction, prophétie, invocation, prière… Cette puissance percutante cependant n’est plus qu’un lointain souvenir. Le confort de la communication a remplacé le hiératisme de ces mots qui s’abattaient comme des haches, ne pouvaient être rétractés et résonnaient « dans les siècles des siècles ». Si les acrobates du Cirque Philosophique ont existé, et si leur projet était de matérialiser dans l’espace les mots d’une langue prenant le mortel risque de la chute libre, c’est peut-être à ce hiératisme qu’ils aspiraient. Les jeux de l’Acrobate Aveugle qui se sont perpétués jusqu’à nous pourraient avoir gardé quelque chose de ce projet ambitieux.