Installations

Deviens ce que tu es

Biennale de sculpture en bourgogne, 2017

DEVIENS CE QUE TU ES (deuxième version), Biennale Interactive de Sculpture Contemporaine de Bourgogne. Pierre de Puisaye, chacun des 11 éléments: 56x25x19cm; 2017.

Aux portes du cimetière de la petite ville de Nolet, onze blocs de pierre de Puisaye sont présentés à différentes étapes de la sculpture d’une personnage embryonnaire. Ils sont disposés en ellipse, et cet être lunaire, apparaissant puis disparaissant ainsi de sa gangue minérale, accompli en même temps une rotation sur lui-même.

Abbaye de Koad Malouen, 2015

DEVIENS CE QUE TU ES (première version). Abbaye de Koad Malouen (Côtes d’Armor), à l’occasion de l’exposition « Chemins de sculptures », 7 éléments en pierre de Puisaye, hauteurs variant de 15 à 240 cm, 2015.

Sept pierres dessinent un chemin incertain dans les ruines de l’Abbaye de Koad Malouen, depuis sa façade lacunaire jusqu’au choeur de sa chapelle à ciel ouvert. De l’une à l’autre, un personnage sort du sol et se dégage peu à peu de sa gangue minérale. Le sol est jonché des débris issus de ces mues successives. Le terme de cette transformation cependant est encore un être embryonnaire.


Le Mur (fragment)

photos 1 à 3 de gauche à droite: principe de construction du MUR (FRAGMENT); 4- LE MUR (FRAGMENT): CUBE, 125 éléments, 100x100x100cm; 5: montage du MUR (FRAGMENT) à la galerie Trafic, Ivry sus Seine, 2002; 6: trois fragments du MUR (FRAGMENT), galerie Trafic; 7: LE MUR (FRAGMENT), 76 éléments, H=2,80cm, Espace Contemporain de Morsang sur Orge 2002.

Une installation modulaire dont chaque cellule possède un centre invisible. En ruine ou en construction, inachevé et inachevable, le visible et l’invisible s’y mêlent comme l’air et l’eau dans l’écume.


Sombre Propos, sept variations sur un thème invisible

SEPT VARIATIONS SUR UN THÈME INVISIBLE, carton, papier, feuille d’or, fibre optique, chaque variation H=180cm. 1 RÉFLÉCHIR, 2: SCALA INFINITA, 3: DROITES PARALLÈLES, 4: REFLÉTER, 5: OMBRER, 6: LE PRINCIPE D’INCERTITUDE, 7: SHABBAT. Dans le cadre de la programmation « Séances », Le Credac 2000

De Réfléchir à Shabbat, c’est donc toujours la même chose que l’on voit, toujours la même chose qui est proposé au regard : un cube percé d’ouvertures. De même, sur un escalier, rien ne distingue une marche de celles qui l’ont précédées . Et cette progression, où chaque variation s’appuie sur celles qui l’ont précédées et prépare l’accès à celles qui la suivront, n’est ni arithmétique ni géométrique mais, depuis le noir dont est tapissé Réfléchir jusqu’à l’or dont est recouvert Shabbat, alchimique. Une transmutation a lieu et, suivant les points de vue, on dira que le regard a transmuté en or son objet, ou bien que c’est l’objet lui-même du regard qui, pour lui échapper, s’est transformé en or(…)

Extrait de SOMBRE PROPOS, édition LE CREDAC, 2000, Photographies J. Salmon, textes Ch. Loyer


Les Arpenteurs Célestes et Sylvestres

LES ARPENTEURS CÉLESTES ET SYLVESTRES, sculptures en bronze chromé, H=17cm, et chaînes en inox, longueur des maillons 12cm. Photos 1: Castello di Vincigliata, Fiesole, Italie, 1998. Photos 2, 3: et 4 Château de La Verrerie, Oizon 18230, 2010.

Dire: relier entre eux les éléments du monde selon un point de vue singulier, rendre le monde, depuis de point de vue, cohérent et stable. Mais n’est-ce pas précisément l’enchevêtrement de tous ces points de vue inconciliables, de tous ces dires innombrables qui forme, pour chacun d’eux, l’Être mystérieux et fluide qui l’emporte, le recouvre de son bruissement inlassable et menace à chaque instant le fil ténu qu’il dépose derrière lui, jette devant lui et sur lequel il avance en funambule?


La foudre gouverne toutes les choses

Le labyrinthe LA FOUDRE GOUVERNE TOUTES LES CHOSES, avec 10 chambres et 8 patios. Chaque chambre possède quatre entrées dont deux donnent sur un patio, et deux sur deux autres chambres. Dimensions des chambres: 3x3x2,80m. Dessin sur papier, 10x20cm 1992

Dans « La foudre gouverne toutes les choses », des chambres qui se succèdent sont occupées par des sculptures. Mais s’agit-il de lieux de mémoire? Le discours erratique, aléatoire, dont ces statues sont les gardiennes, pour autant qu’il ait jamais été écrit, est, du moins je le soupçonne, tombé dans l’oubli depuis longtemps. Ce labyrinthe est issu d’une méditation – d’une quête – sur le sens du mot origine. Et si j’ai employé ici trois matériaux en particulier – la pierre, le bronze et l’argile – c’est peut-être parce qu’à leur tour ils nous parlent d’une origine: celle de la sculpture.

Extrait de LA FOUDRE GOUVERNE TOUTES LES CHOSES, ed. Mitteleuropa, Schiltigheim 1997, photographies J. Salmon, textes Christophe Loyer

Fiesole 1995

LA FOUDRE GOUVERNE TOUTES LES CHOSES avec deux chambres et un patios. Castello di Vincigliata, Fiesole, Italie; 11x7x2,80m, pierre, argile, bronze pour les sculptures; bois, métal, tissu-non-tissé pour le labyrinthe, 1995

Schiltigheim 1997

LA FOUDRE GOUVERNE TOUTES LES CHOSES avec six chambres et quatre patios. Ancienne coopérative des bouchers de Schiltigheim (Alsace).19x11x2,80m; pierre, argile, bronze pour les sculptures; bois, cordes, tissu-non-tissé pour le labyrinthe, 1997